« Al Gurugú »

Aujourd’hui nous allons nous intéresser à la letra des Tangos de La Niña de los Peines, « Al Gurugú ». J’ai trouvé énormement d’informations sur le sujet, et même trop peut-être… Mais en voici une synthèse qui, je l’espère, sera assez claire !

Les letras du cante flamenco sont très liées à la culture, aux émotions, mais aussi à l’histoire. La queja del pueblo se faisait et se fait à travers le cante. Et cette letra en particulier, très connue, et chanté tellement de fois, nous fait connaître un morceau d’histoire et même plus…

Je vous invite tout d’abord à écouter les Tangos, puis à lire les letras qui nous intéressent…

Mi marío no está aquí,
Que está en la guerra de Francia
Buscando con un candil
A una pícara mulata
al gurugú,
al gurugú,
al gurugú

De Barcelona a Valencia,
De Valencia  Sevilla
Está Regla la gitana
Cantando por Seguiriya
al gurugú,
al gurugú,
al gurugú

Un peu de biographie…

De nos jours, la Niña de los Peines est réputé comme étant la meilleure interprète des Tangos; une voix inégalable, un style des plus sublime et pour certain la meilleure voix de tous les temps, qu’elle soit masculine ou féminine. Lorsqu’on l’écoute, on peut percevoir dans sa voix de l’émotion, des pleurs et des « cris de douleurs », qui nous donnent des sensations assez mémorables. De famille gitane, son père était le chanteur Francisco Pavón Cruz, connu comme « El Paiti », originaire de El Viso del Alcor et sa mère, Pastora Cruz Vargas, était originaire d’Arahal, Ses deux frères Tomás Pavón et Arturo Pavón, étaient aussi chanteurs.

Je vous invite à lire la suite de la biographie (certes, en espagnol…), mais à découvrir sur le site web dédié à la Niña de los Peines. (Lien ci-dessous).

Le sujet d’aujourd’hui s’intitule donc “Al Gurugú”, un Cante por Tangos qui est considéré par les critiques comme une des plus grandes oeuvres musicales de la edad de oro del flamenco (âge d’or du flamenco).

Un peu d’histoire…..

Son titre fait référence au mont marocain Le Gourougou, (el monte Gurugú) de Melilla où ont eu lieu d’importantes batailles entre les troupes espagnoles et les rifains (originaire du Rif, la région nord du Maroc) au début du XXème siècle. Au milieu de ce climat conflictuel a donc lieu la Guerre de Melilla en 1909. L’armée espagnole affronte les Rifains, pour avoir le contrôle d’une partie du Maroc, incluant le mont Gourougou, qui actuellement est aussi connu pour beaucoup d’immigrants des régions subsaharienne, comme le refuge où ils peuvent se cacher en attendant de pouvoir sauter la « barrière » de Melilla et ainsi pouvoir entrer en Espagne.

Mais aussi…

En honneur aux milliers de morts qui ont perdu la vie au nord du Maroc, la ville de Séville a construit en 1929, en plein centre du parc María Luisa, une (petite) réplique du mont de Melilla, (de moins de vingt mètres !), pour ainsi rendre hommage aux soldats morts pour la patrie pendant cette bataille entre espagnols et rifains. Bataille appelée par la suite Desastre de Annual.

De plus

« Al Gurugú » est aussi un festival de flamenco qui a lieu tous les ans depuis 2002, dans la ville d‘Arahal, à côtés de Séville. Malgré que ce ne soit pas un des festival les plus connus et importants du territoire, ni un des plus ancien, il est dédié à la dame d’honneur du chant flamenco née à Arahal, Pastora Pavón « La niña de los Peines ».

Nous ne savons pas pour quel motif Pastora chanta les vers de ces Tangos au légendaire monte Gurugú, lieu de protection et de batailles… (du moins, je n’ai rien trouvé..). Mais ce qui est sûr c’est que les tangos del Gurugú sont sans aucuns doutes, et pour toujours, étroitement liés à la Niña de los Peines, d’où le nom attribué au festival qui lui rend aussi cet hommage.

Enfin…

Selon le livre « La niña de los Peines, El mundo flamenco de Pastora Pavón » de Cristina Cruces Roldán, entre 1918 et 1921, les activités professionnelles de Pastora ne se limitaient pas qu’aux théâtres, aux Cafés Cantantes et aux enregistrements discographiques, mais elle se produisait également lors de fêtes privées, fêtes locales, dans des palais, pour les rois, et……. elle chantait aussi lors de concerts de bienfaisances pour des hôpitaux et les soldats du Rif

Et maintenant…

A nous de nous faire aussi notre propre opinion et interprétation aux vues de toutes ces informations !